retour

Marbehan
150 ans de la ligne 162 Namur - Arlon
,
25 et 26 Octobre 2008

Org : CAP Marbehan



Participants : section train : José Burton. Bernard R. et Jean-Luc T. à la main-d'oeuvre.

C'est pour l'occasion de la célébration des 150 ans de chemin de fer en Luxembourg belge, et plus précisément de la ligne 162 Namur - Arlon - Luxembourg, que nous avons été invités à monter notre réseau.
Marbehan étant situé à seulement 15 km de Virton, et un de nos membres, Raphaël Braconnier faisant partie de l'organisation, nous ne pouvions manquer ce rendez-vous.

Rendez-vous à la salle du "Bois des Iles" avec Charles et ses acolytes qui viennent de Huy, pour le montage le vendredi. Notre président, Jean-Luc, est de la partie pour le transport des modules. Je participerai à une partie du montage.

José sera présent tout le week-end pour assurer la rotation des trains et les renseignements au public. Public qui, malheureusement, sera assez clairsemé, la salle étant trop décentrée par rapport aux animations principales qui se tiennent en gare, à plusieurs centaines de mètres de là.




Dommage, car ce fut la grande foule de ce côté, surtout pour admirer la locomotive à vapeur qui assurait des trajets entre Libramont et Arlon. La locomotive 29013, celle qui assura le dernier trajet en traction vapeur sur cette ligne, tractant 5 voitures M2 datant de la fin des années 50. Avec, en prime, l'interview du "chauffeur" présent sur ce dernier parcours, le tout en habits d'époque. Ce matériel fut mis en circulation par la SNCB-Holding, gestionnaire du patrimoine historique du groupe SNCB. De plus, sur la voie adjacente à la gare, on pouvait admirer du matériel ancien et récent, diesel et électrique. Une exposition annexe regroupait aussi quelques maquettes et des vitrines de matériel et accessoires de chemin de fer.


Exposition Philatélique, bourse aux livres, cartes postales et livres anciens complétaient le tout. De quoi voir pour les "ferrovipates".

Démontage le dimanche soir, et retour des modules à notre local, toujours avec l'aide de notre président, qui pour l'occasion s'était échappé à ses obligations commerciales.


Bernard





retour haut de page

retour